Eliot Grondin, la nouvelle tête d’affiche du snowboardcross

Par
Dans Article

Contre toute attente, Eliot Grondin a participé aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018 à l’âge de 16 ans seulement.

Deux ans plus tard, le Beauceron se faufile maintenant parmi les meilleurs planchistes au monde. Le 21 décembre dernier, Grondin s’est qualifié pour la première finale de sa carrière sur le circuit de la Coupe du monde, à Cervinia, en Italie.

Si le jeune homme est timide en entrevue, c’est loin d’être le cas sur les pistes, où il déborde de confiance en ses moyens. Il ne semble pas intimidé du tout par ses concurrents plus expérimentés.

«Je vais traîner cette confiance jusqu’à la fin de la saison, a-t-il soutenu lors d’un entretien avec le réseau TVA Sports. Je sais que je suis capable de faire la grande finale. C’était mon objectif cette année. C’est un élément de stress en moins. Dans ma tête, je sais désormais que je suis capable d’être là.»

Dans les traces de Dominique Maltais 

Il a ainsi marché dans les traces de son modèle, Dominique Maltais.

«Quand j’étais jeune, Dominique Maltais était mon idole. J’allais la voir à Stoneham quand il y avait des courses là-bas. Par la suite, j’ai eu la chance qu’elle m’entraîne et de faire du snow avec elle. C’était excitant.»

À 18 ans, Grondin fait toujours partie de la catégorie junior. D’ailleurs, son principal objectif de 2020 est de devenir le meilleur de la planète dans son groupe d’âge. Il est passé si près du but en 2018 et en 2019…

«Je veux enfin gagner l’or aux Championnats du monde juniors. Ça fait deux ans que je termine vice-champion. C’est le temps cette année de monter sur la plus haute marche du podium!»

L’événement se déroulera à Saint-Lary, en France, du 23 au 25 mars.

Grondin fera certainement partie des athlètes québécois à surveiller aux Jeux de Pékin en 2022.

 

Lire la suite ici.
Crédit : journaldemontreal.com